Menu
Retour
Imprimer cet article
Bahati Kayumbu élu Président de la colonie congolaise en Ouganda

20/08/2013

Diaspora RDC Ouganda : L'ambassadeur OKOTO organise et manipule les élections pour un candidat

Une vive tension règne au sein de la communauté congolaise de Kampala. A la base ? L’élection de monsieur Bahati Kayumbu comme Président de cette colonie congolaise vivant dans la capitale ougandaise. Cette élection, organisée dans l’enceinte de l’Ambassade de la RDC, aurait été pilotée et manipulée par certains diplomates que l’on dit étre à la solde de l’ Ambassadeur Jean Charles Okoto.

Une lettre adressée à ce chef de la mission congolaise en Ouganda dénonce de nombreuses irrégularités qui ont entaché ces élections pourtant organisées et supervisées par l’Ambassade du Congo à Kampala.

Le candidat Bahati Kayumbu est accusé d’avoir fait usage d’un faut diplôme d’Etat et de faux documents établissant son état civil. Il lui est aussi reproché d’avoir un casier judicaire enrichi des irrégularités punissables, susceptibles de poursuites et non tolérables.

S’agissant du déroulement des élections, cette correspondance déplore la subtilisation des cartes d’électeurs, le bourrage des urnes par des bulletins pré-cochés en faveur du candidat Bahati, la disproportion entre le nombre d‘électeurs et le nombre des bulletins cochés…. Bref, un cafouillage organisé dans le simple but de faire triompher le candidat Bahati qui aurait des liens privilégié avec notre d’Ambassadeur. Mais pour quelle raison ?

Pire, les signataires de cette lettre indique que même des sujets non congolais et de congolais non résidents à Kampala ont eu accès à l’Ambassade et ont voté pendant que ceux en règle s’étaient vus empêchés de voter puisque favorables aux autres candidats. Les rédacteurs de cette missive vont jusqu’ à regretter le rôle jouer par les services de l’ANR pour favoriser l’élection de Bahati Kayumbu.

Notons en passant que le jour même de ces élections, la Police ougandaise avait jeté des bombes lacrymogènes pour disperser les congolais mécontents, attroupés devant leur ambassade.

Dans l’hypothèse où tout ce qui est raconté dans cette correspondance est vrai, il y a lieu de se poser la question de savoir à qui pourrait profiter l’émergence d’une personnalité douteuse et peu cultivé à la tête de la communauté congolaise de Kampala.

Pour ceux qui ne connaissent pas le sieur Bahati Kayumbu, c’est le genre de quidam non recommandable qui ferait partie du réseau des larrons communément appelés « Frappeurs ». Afin de couvrir ses multiples forfaits, il exploite un bar nommé Matonge dans un quartier périphérique de centre-ville de Kampala où des Congolais, d’une probité douteuse, vont se trémousser. Et voilà le genre d’individu inculte qui devrait représenter la forte communauté congolaise de Kampala dans l’entendement des responsables de l’Ambassade de la RDC en Ouganda. Mais c’est quelle image donnons-nous aux Ougandais qui prennent déjà les Congolais pour des BMW (Beer, Money, Wifes) ?

Et pourtant, ce ne sont pas des candidats valables qui ont manqué parmi les Congolais vivant en Ouganda.

Selon la lettre adressée à l’Ambassade de la RDC, le Docteur Mbilizi s’est vu écarté du processus par manque d’un élément du dossier au profit d’un Bahati habitué, dit-on, à graisser les pattes de certains larbins de l’Ambassade.

Pour ceux qui connaissent la manière dont l’Ambassade du Congo à Kampala est dirigée, cette situation n’étonne pas. En effet, cette mission serait truffée des noueurs d’intrigues, ce qui leur permettrait de bénéficier de certains avantages dans l’entourage du président Kabila. Le personnel diplomate de cette Ambassade se serait mué en des simples paillassons, des courtisans toujours prompts à se faufiler dans les aisselles de l’Ambassadeur pour se maintenir aux bons postes.

Plusieurs compatriotes estiment qu’il faudrait que le gouvernement congolais remette un peu d’ordre dans cette Ambassade de Kampala car il est inadmissible que des faits de ce genre puissent se produire au vu et au su de nos voisins qui ne cessent de se moquer de notre pays.

Alfred Bambalatiwe