Menu
Retour
Imprimer cet article
DIALOGUE INCLUSIF VOIE OBLIGÉE POUR LA COHÉSION NATIONALE

14/09/2013

Déclaration du CDPS
Kinshasa, le 16/08/2013

CONCERTATION – DIALOGUE NATIONAL
Déclaration du CDPS
Le C D P S rappelle que dans sa déclaration du 5 juillet 2013, il démontrait comment l’ordonnance 13/078/du 26 juin 2013 porte les germes de ses propres contradictions au regard de l’objectif de cohésion nationale visée par ladite ordonnance et souhaitée par tous.
Aujourd’hui, plus que jamais, la principale conséquence de cette ordonnance, sur le terrain, est la radicalisation des positions d’une très large couche de l’opinion politique dans le sens de non participation à la concertation – dialogue, si les choses restaient en l’état.

CADUCITE DE L’ORDONNANCE 13/078 DU 26 JUIN 2013
1. Le CDPS s’interroge :
Sur quelle base juridique peut-on affirmer, aujourd’hui, que les préoccupations pertinentes exprimées par l’opposition, notamment :
- la représentation paritaire de la mouvance présidentielle et de la mouvance de
l’opposition au sein du Forum de Concertation;
- la mise sur pied d’une Commission Paritaire, Préparatoire des Concertations avant la
tenue des Concertations proprement dites;
- la présence d’un Facilitateur et la précision du rôle qu’il jouerait de même que celle du
Représentant du Secrétaire Général de l’ONU, en qualité d’observateur;
- le déroulement de tous les travaux à Kinshasa; etc.
ont été rencontrées, alors que l’ordonnance organisant le
fonctionnement du Forum de Concertation, prévoit des dispositions contraires ou, est purement et simplement muette sur certaines?
Comme dans un jeu de duperie elles sont, maintenant, déclarées comme acquises.
2. Le CDPS constate que les Concertations sont entrain de s’organiser en dehors de l’esprit et de la lettre de l’ordonnance les organisant, d’où sa caducité et la nécessité d’une nouvelle ordonnance qui tiendrait compte de cette réalité.

FORMATION D’UN GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE À L’ISSUE DE CONCERTATION
L’annonce, maintenant, de la formation d’un gouvernement d’union national à l’issue de Concertation ne doit pas être un plat de miel destiné à attirer, à attraper et à lier les acteurs de l’opposition politique pour les noyer dans une sauce qui tournera très vite, demain, au vinaigre sans atteindre l’objectif de solutionner fondamentalement les problèmes à la base de la crise et qui mettent en mal la cohésion nationale.
Dans ce cas, l’objectif recherché par cette annonce serait de faire baisser la garde à l’opposition, d’endormir sa vigilance en escamotant l’essentiel de la démarche devant conduire au consensus le plus large possible pour atteindre la cohésion nationale. Ce serait de la politique politicienne qui obéirait au calcul de protéger l’intérêt partisan au détriment de l’intérêt général de la Patrie et du peuple congolais.

CONCERTATION – DIALOGUE INCLUSIF VOIE OBLIGÉE POUR LA COHÉSION NATIONALE

L’application d’une procédure qui démontre la volonté politique d’atténuer le climat de méfiance, des préjugés entre les acteurs politiques et le peuple, et entre ce dernier et le pouvoir en vue de restaurer la confiance nécessaire à la cohésion nationale fait défaut.
Le Pouvoir doit donner les signes qui rassurent qu’il n’est pas juge et partie dans la Concertation – Dialogue. C’est pourquoi, le Présidium de ce Forum doit être confié à une structure et une personnalité neutre de la Société Civile, politiquement moins marquées, capables de jouer le rôle de l’Église au milieu du village.
C’est ce signe de transcendance des intérêts particuliers et partisans qui est attendu du Pouvoir.
Dans le même ordre d’idées et pour les mêmes raisons, il est attendu du Président de la République le report de l’ordonnance querellée par une ordonnance de requalification intégrant les éléments cités ci-dessus, pour quitter le champ de l’oralité et respecter celui de l’écrit de la loi.

L’HEURE DE VÉRITÉ A SONNÉ

Le CDPS rappelle à tous, que la Concertation-Dialogue est une voie obligée vers la démarche de la restauration de la cohésion nationale. C’est une exigence qu’impose le présent contexte politique.
Tous les acteurs politiques doivent transcender les clivages d’intérêts personnels et partisans pour l’intérêt général de la Patrie et du peuple congolais, et le démontrer par les actes qui contribuent à atténuer la méfiance et les préjugés négatifs et promeuvent la confiance.
Le présent nous observe, le présent et l’avenir nous jugeront soit en tant que traitres à la nation et au peuple, soit en tant que responsables conscients qui auront su protéger ses intérêts et sauver la Patrie.
Le CDPS exhorte le peuple congolais à ne pas baisser la garde et à renforcer sa vigilance.

Fait à Kinshasa le 13 août 2013

Pour le CDPS
Le Président National
François-Xavier BELTCHIKA-KALUBYE
Ambassadeur Honoraire