Menu
Retour
Imprimer cet article
DECLARATION DES FORCES CIVILES DE LA DIASPORA CONGOLAISE DE BENELUX

14/09/2013

DIASPORA CONGOLAISE DE BENELUX POUR LA PAIX PROFONDE EN RDC

DECLARATION DES FORCES CIVILES DE LA DIASPORA CONGOLAISE DE BENELUX
22/08/2013

Concertations Nationales comme Objectif Républicain devant conduire Tout le Peuple Congolais à se réconcilier avec lui-même, à se reprendre en charge sur le chemin de la Cohésion Nationale et de la Paix Profonde.

Dans le contexte du besoin urgent de Cohésion Nationale et de se reconstruire dans la Paix Profonde face à l’irréversibilité de la tenue d’un « Dialogue National Inclusif » autrement dénommé « Concertations Nationales » par l’ordonnance présidentielle N°13/078 du 26 juin 2013 portant leur création, leur organisation et leur fonctionnement ;

Nous, Forces Civiles du Royaume de Belgique, de Nederland (Pays-Bas) et du Grand-duché de Luxembourg, en sigle, BENELUX ;

Réunies et concertées en conférence trois jours durant, du 20 au 22 août 2013, avec la centrale établie au siège du Regroupement Belgo-Congolais à Charleroi, sous la coordination de l’ONG-internationale Diaspora Responsable pour la Paix Profonde en RD Congo, asbl pour se reconstruire et retrouver la dignité humaine ;

Après un tour d’horizon complet de ce qui se dit, de ce qui s’écrit et de ce qui se relaye, de façon responsable ou de façon irresponsable, dans la Diaspora congolaise de BENELUX ;

Ayant examiné en profondeur et apprécié à leur juste valeur la substance et la quintessence de tous les propos sus évoqués émanant des Forces Civiles ou Tranquilles mais agissantes que nous sommes, des Forces Militaires ou Militaristes, des Forces Vives ou Combattantes, bref des Forces Novatrices toutes tendances confondues ;

Nous estimons qu’il est correct vis-à-vis de l’intérêt supérieur de la Mère Patrie visiblement en danger de balkanisation et mise en demeure par la Haute Finance Internationale prédatrice de ses richesses de nous exhorter les uns les autres à nous impliquer dans ce Dialogue de façon responsable, avec l’esprit de compromis… sans compromission.

Sur ce, NOUS, FORCES CIVILES de la DIASPORA BENELUX, mues par l’élan associatif d’exorcisme collectif et prompte à ramener les esprits au calme en les dissuadant des violences et de l’insulte facile ;

Mis en conférence trois jours durant pour nous concerter en urgence face à la dérive de certaines forces vives et militaristes qui nous entourent ainsi que face à l’intransigeance d’autres patriotes aux ambitions proches des calculs politiciens, légitimes soient-elles, et face à l’indifférence à ce Forum de ceux qui ne savent à quel saint se vouer devant le tangage du Navire-RDC qui menace de couler;

Conscients des enjeux de l’heure pour la Nation Congolaise devenue la risée de la Communauté internationale qui doute de plus en plus (au vu de certains propos et conditionnements) de la capacité intrinsèque des Congolais de se mortifier et de se départir tant soit peu des considérations partisanes pour un Objectif pourtant Républicain ;

DECLARONS :

1. Etre favorables à la tenue irréversible des Concertations Nationales comme Objectif Républicain devant conduire Tout le Peuple Congolais à essayer avec détermination de se réconcilier une fois pour toutes avec lui-même, à se reprendre en charge sur le chemin de la Cohésion Nationale et de la Paix Profonde.

2. Etre toujours prompts à rappeler aux uns et aux autres que, sans aller par le dos de la cuillère, nos exhortations ne sauraient souffrir d’aucun malentendu vis-à-vis de l’objectif républicain compris dans la forme et le fond de l’ordonnance N°13/078 du 26 juin 2013.

3. ayant convoqué ces Concertations Nationales. Ni se départir de notre ligne éditoriale bien affichée en Note d’éditeur du Billet d’info. et d’éclairage hebdomadaire, « APOSTROPHE », ouvert à tout le Public du Net avec des restrictions d’usage pour un choc des idées sur la portée nationale de ce Forum.

4. Etre toujours prêts à rappeler qu’auparavant, l’Accord-cadre de Paix d’Addis-Abeba du 24 février 2013 exhortait à son point 5 le gouvernement de la RD Congo de «s’engager (notamment) à Promouvoir les objectifs de réconciliation nationale, de tolérance et de démocratisation ». PROMOUVOIR et NON CONVOQUER.

5. Qu’il y a lieu de rappeler à ceux qui ont une courte mémoire que l’Accord-cadre d’Addis-Abeba est l’accord entre onze Etats souverains réunis, d’une part, pour dissuader un quelconque Etat-voisin à donner son soutien à des rebelles antidémocratiques et, d’autre part, pour inciter l’Etat congolais à accélérer le processus de décentralisation et à promouvoir un dialogue politique inclusif en vue d’une cohésion nationale à même de ramener la Paix Profonde au sein de nos populations.

6. En d’autres termes, qu’on se le dise bien, l’Accord-cadre d’Addis-Abeba est avant tout une invitation à la RD Congo à promouvoir le

dialogue national inclusif comme une avancée démocratique indéniable. Ce n’est pas l’oeuvre de l’Opposition Politique Radicale INTERNE qui, par récupération politicienne, veut seule conditionner ces « concertations » au point de les renvoyer aux calendes grecques.

Pour les Forces Civiles de la Diaspora BENELUX,

Le Rapporteur Général
Madame Hélène LOMANDE MOTEMA
Présidente de l’AP.A.EE.DAC,

Le Chargé de mission
Monsieur CITOYEN KAMUNDU Secrétaire, chargé des relations publiques

Le Coordonnateur principal
Monsieur Joseph YUMBU NDJO MWANABO
écrivain & éditeur, 2-910876 ; jurisconsulte et expert en matière de sécurité, ancien coordonnateur du Conseil Nat. de Sécurité