Menu
Retour
Imprimer cet article
“Kabila” et Kagame plantent le décor de l’apocalypse au Congo

13/06/2014

"Kabila" et Kagame plantent le décor de l’apocalypse au Congo

“Kabila” et Kagame plantent le décor de l’apocalypse à Kinshasa : Arrivée de nouvelles troupes rwandaises et zimbabwéenes dans la capitale


Il y a quelques jours à peine le 22 mai dernier, lors de l’une de ses interventions, le président national de l’APARECO avait alerté l’opinion contre l’arrivée massive et récurrente de contingents des militaires rwandais et tanzaniens à Kinshasa, sous l’instigation de “Joseph Kabila” et ses complices. Les nombreux kinois désormais vigilants et qui ont eux aussi observé ce phénomène s’en inquiètent et s’étonnent du silence “assourdissant” de l’élite politique congolaise, des membres du gouvernement, des medias congolais et de la communauté internationale.

Arrivée discrète des nouvelles troupes rwandaisesetzimbabwéenes à Kinshasa

Devant la pression de l’étau de l’opinion internationale qui se resserre inexorablement contre eux, Paul Kagame et son complice “Joseph Kabila” s’activent,à pratiquer la politique de la terre brulée. Les deux criminels sont engagés à planter le décor de l’apocalypse en République Démocratique du Congo pour en finir une fois pour toutes avec les poches de résistances qui les retardent dans l’accomplissement de leur plan d’occupation et de balkanisation de la RDC.

Des témoins oculaires travaillant à l’aéroport international de Ndjili ont contacté la rédaction de L’œil du Patriote pour signaler le débarquement dimanche 08 juin à 2 heures du matin d’un contingent de 1500 militaires sud-africains au tarmac militaire de l’aéroport de Ndjili. Ce contingent a été immédiatement conduit à la ferme de Kingakati (à Kibomango) où il a rejoint un autre contingent de 2000 militaires tanzaniens qui y sont arrivés peu après le dernier passage du président tanzanien à Kinshasa. Ces militaires tanzaniens et sud africains viennent gonfler le nombre des militaires rwandais et zimbabwéens grassement nourris et payés en devise, au moment où les quelques militaires congolais qui devaient protéger leur pays sont envoyés en clochards en République centrafricaine, abandonnés à leur propre sort !

Le site AFROAMERICA Network relaie le témoignage suivant qui vient étayer cette invasion de la capitale congolaise par des mercenaires venus de différents coins d’Afrique:

« La nuit dernière, les avions militaires transportant plus de trois cent deux soldats rwandais et anciens rebelles du M23 ont débarqué ici, à l’aéroport de Ndolo. J’ai alors vu une colonne de camions militaires qui les ont transportés vers le camp militaire de Camp Kokolo », a déclaré une source à l’aéroport de Ndolo à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, à AFROAMERICA Network. « Nous ne savons pas l’origine des troupes, si ce n’est que quelques heures avant, nous avions reçu l’ordre du bureau du Président [Joseph Kabila] et les services de sécurité pour préparer l’aéroport pour une visite d’une personne importante », notre informateur a ajouté.

Selon d’autres sources indépendantes à Kinshasa contactées par AFROAMERICA Network, confirment que les troupes en question venaient de Kigali, au Rwanda. « En fait, les avions qui ont atterri à l’aéroport de Ndolo transportaient un peu moins de 2 compangies, dont la majorité sont les troupes des forces spéciales de la RDF et les autres étaient d’anciens rebelles du M23. Tous ces soldats parlent en kiswahili et en français », ces sources indépendantes, ont déclaré, ajoutant que d’autres troupes, au moins une compagnie, sont entrées à Kinshasa de Congo-Brazzaville. Ils sont tous partis au camp Kokolo.

Et les indices s’accumulent pour montrer que Kagame et son proconsul et «cheval de Troie» Hyppolite Kanambe s’attelent ardemment à provoquer le chaos en RDC. Car dans la nuit du dimanche 08 à lundi 09 juin dernier, des sources sûres au sein de la DEMIAP ont signalé à la rédaction de L’œil du Patriote l’arrivée d’un contingent spécial rwandais dénommé «Equipe de la mort». C’est un commando spécial entraîné pour les enlèvements et les assassinats. Ce sont les membres de ce commando qui ont opéré dernièrement en Afrique du Sud pour éliminer les opposants rwandais à Paul Kagame. Ils sont arrivés au nombre d’au moins 200, avec leurs sacs au dos noir et ont transité par la résidence d’ Azarias Ruberwa avant d’être disséminés dans différentes cachettes après 6 heures du matin.

Au début du mois de juin, une délégation d’agents congolais collabos envoyée par « Joseph Kabila » avait rejoint les membres de ce commando rwandais de l’«équipe de la mort» en Afrique du Sud pour tenter de procéder à l’assassinat de Mukungubile. Mais heureusement pour lui, il n’y était pas ! Ce mardi 10 juin une autre équipe de sbires de « Kabila » a quitté Kinshasa pour le Maroc et d’autres pays environnant, toujours à la recherche d’Honoré Ngbanda. Nos sources nous informent que d’autres patriotes congolais sont également menacés actuellement .Il s’agit notamment de l’activiste Youyou Muntumosi contre laquelle des sbires au service de Kanambe projettent de s’en prendre physiquement. L’Oeil du Patriote a également était informé des menaces qui pèsent particulièrement en ce moment contre un autre patriote en la personne d’Odon MBO. En effet, Kanambe qui ne digère pas les affronts successifs que lui ont infligé la diaspora congolaise, a fait appel à son ami l’homme d’affaire Dan Gertler pour que ce dernier utilise ses réseaux afin de trouver le moyen de faire taire par tous les moyens ce compatriote. Nous invitons ces deux patriotes congolais à prendre le plus de précautions possible pour leur securité dans les jours à venir, car ceux qui combattent le peuple congolais depuis tant d’ années ont déja prouvé à quel point ils ne reculent devant rien pour atteindre leurs objectifs.

Le président national de l’APARECO, Monsieur Honoré Ngbanda-Nzambo, avait été le premier à alerter l’opinion contre le plan machiavélique de Kanambe qui projette de provoquer des violences à grande échelle à Kinshasa en vue de pouvoir décréter l’état d’urgence qui lui permettra de créer les conditions nécessaires, à ses yeux , à la prolongation illimitée de sa présence à la tête du pays. Cette alerte est à présent confirmée par d’autres réseaux et surtout par des faits sur le terrain à Kinshasa. Le gouvernement congolais qui sait si bien montrer ses muscles ridicules contre “les combattants” est comme d’habitude aux abonnés absents quand il s’agit de veiller sur les congolais en RDC.

Des militaires rd-congolais envoyés à l’étranger alors que les poches d’insécurité se multiplient en RDC

Alors que d’un côté, de nouvelles poches d’insécurité se multiplient comme des champignons partout à travers le pays et que de l’autre on ne compte plus le nombre de contingents de militaires étrangers qu ifoisonnent sur toute l’étendue du territoire congolais, il est demandé à la RDC, de “s’impliquer davantage dans la crise centrafricaine en y augmentant le nombre de ses soldats”! Et pour couronner le tout, les congolais viennent d’apprendre que les 1000 policiers et soldats congolais stationnes actuellement en RCA ne sont pas payes depuis 4 mois! Pendant ce temps, des milliers de soldats rwandais, tanzaniens, sud-africains et zimbabwéens sont gracieusement payés en devise par l’argent du contribuable congolais !

La présence de ces militaires congolais qui travaillent “à l’œil” et font pourtant de“ l’excellent travail” malgré tout, ne serait-elle pas plus utile en République Démocratique du Congo ou il ne se passe plus un mois sans que l’actualité de notre pays confirme que la RDC est loin d’avoir trouvé la paix? Car contrairement aux propos tenus par des personnalités comme Monsieur Kikwete et tant d’autres, les faits parlent d’eux-mêmes. Tenez :

En Province orientale , le 12 Mai dernier un Caucus de députes congolais a publié un memorandum dans lequel il a vivement dénoncé la présence dans la province orientale d’éleveurs Mbororos fortement armés. Ces derniers n’hésitent pas depuis des années a s’en prendre aux autochtones congolais et sèment de plus en plus la terreur et la désolation au sein de la population sous le silence complice du gouvernement congolais.

Dans le Kivu en plus de la multitude de cas de violences largement décrit le 27 avril dernier par Mr. Thomas d’Aquin Muiti et Me Omar Kavota, Président et Vice-président de la Société civile du Nord-Kivu et qui laisse clairement présager que “l’après M23” est sans surprise “égal à l’avant M23” dans cette région les nouvelles en provenance du Sud Kivu ne sont pas plus rassurantes. Plusieurs medias viennent de rapporter en effet, comment des dizaines de femmes et d’enfants tous autochtones congolais ont été massacrés à l’arme blanche dans une église dans le village de Mutarule à 50 km au sud de Bukavu. Leurs assaillants burundais (l’ethnie “barundi” comme repris par certains médias n’existant pas en RDC) leurs disputent la aussi des …terres etc..!

Au Katanga la population et différentes ONG dénoncent les violences récurrentes dues à la présence de différents groupes armés. Dans un article publié le 15 Mai dernier, le constat du CICR est clair: “Depuis décembre 2013, la situation sécuritaire à la jonction des territoires de Manono, Mitwaba, Malemba-Nkulu et Pweto s’est sensiblement dégradée, provoquant des déplacements réguliers de population dans le centre-nord du Katanga.”(…)“Actuellement, nous observons la présence d’une multitude d’acteurs armés sur le terrain, ce qui rend non seulement la lecture de la situation plus complexe, mais aussi l’assistance aux victimes plus difficile», explique Andrea Drury, cheffe de la sous-délégation du CICR au Katanga

Dans le Kasai occidental, plusieurs notables de la région dénoncent la montée de l’insécurité dans la ville de Kananga et ses environs depuis le début de cette année.

Dans la province de l’Equateur : Comme si tout ceci ne suffisait pas, en plus de l’instabilité provoquée par la guerre en RCA, qui incitent de nombreux centrafricains à se refugier dans cette province, le gouvernement rd-congolais , annonce sans consulter personne, le cantonnement prochain des FDLR dans la province de l’Equateur ! Pourquoi des forces considérées comme des forces négatives devraient-elles continuer à résider sur le territoire congolais ou la population n’en veut pas ? Poser la question, c’est mettre le doigt dans la plaie. Personne n’en veut à Kinshasa et à ….Kigali !

Pendant que la communauté internationale se tait et qu’une frange de la classe politique congolaise continue à distraire la population avec le projet d’un nouveau scrutin électoral dans un pays toujours occupé, Kanambe pose tranquillement les jalons de l’apocalypse.Il est plus que temps que le peuple congolais se réveille de sa torpeur, la peur ne sauvera pas le Congo. L’heure de la vérité est là !

Paris, le 10 juin 2014

Candide OKEKE