Menu
Retour
Imprimer cet article
Elections en RDC : quand Obama s’en mêle !

01/04/2015

RDC : Quand Obama s’en mêle !

Le président américain a demandé mardi à Joseph Kabila de « respecter la Constitution » et souligné « l’importance de la tenue dans les délais d’élections crédibles« .

De manière régulière, les Etats-unis semble distiller un message unique à destination du président Congolais Joseph Kabila : « respectez la Constitution« . John Kerry avait déjà martelé l’avertissement en mai 2014 à Kinshasa, relayé par Russ Feingold en février : « le transfert de pouvoir doit se faire de manière démocratique » au Congo avait-il déclaré. Cette fois, c’est au téléphone que Joseph Kabila s’est vu signifier le message, de la voix même de Barack Obama. Le président américain a demandé à son homologue africain de « respecter la Constitution » de son pays, dans un contexte politique très tendu en RDC. L’opposition craint en effet que le président Joseph Kabila ne s’accroche à son fauteuil après 2016, date de la fin de son deuxième et dernier mandat. Une modification de la loi fondamentale pourrait lui permettre de briguer un troisième mandat. Même si cette perspective s’éloigne, après l’exemple malheureux de Blaise Compaoré au Burkina-Faso, beaucoup doutent de la volonté du leader congolais de vouloir partir à l’issu de son mandat.

L’exemple nigérian

Dans un communiqué plutôt explicite, la Maison blanche explique que le président Obama « a souligné l’importance de la tenue dans les délais d’élections crédibles et pacifiques qui respectent la Constitution de la République démocratique du Congo (RDC)« . Obama a tout de même salué le bilan du président congolais « qui est parvenu à sortir la RDC de la guerre et a placé le pays sur la route d’un progrès démocratique continu que des élections justes et libres de 2016 devraient consolider« . Une conversation et un message qui résonnent particulièrement au moment où le Nigéria, vient de tourner démocratiquement, en toute transparence et sans violence, la page Goodluck Jonathan… visiblement un exemple à suivre.

Christophe RIGAUD