Menu
Retour
Imprimer cet article
Mgr Nsielele, Evêque du diocèse de Kisantu échappe à la mort sur la Nationale N°1

08/09/2003

Mgr Fidèle Nsielele-zi-Mputu, évêque du diocèse de Kisantu, situé dans la province du Bas-Congo, a échappé à la mort après avoir été attaqué par des hommes en uniforme qui ont ouvert le feu sur sa Jeep. Les balles ont percé son véhicule, mais sans pourtant l’atteindre. Cela, grâce à la volonté, de Dieu et à l’habilité du chauffeur du prélat.

Connaissant parfaitement la contrée, le chauffeur de l’évêque a dû quitter précipitamment la nationale n° 1 pour emprunter une piste de fortune dans la foret qui leur a permis de déboucher sur la chaussée principale, loin des assaillants, comme dans un rallye. Cet incident malheureux qui a failli coûter la vie à l’évêque du diocèse de Kisantu a eu lieu mardi dernier. C’était aux environs du village Kavwaya, situé sur la nationale numéro un, à plus ou moins 110 kilomètres de la métropole congolaise.

Mgr Nsielele revenait de Kinshasa et a effectué le déplacement de Kisantu la nuit pour éviter de forcer le moteur de son engin. Arrivé au siège de son diocèse, Mgr Nsielele a remercié Dieu, maître des céans et des circonstances qui lui a sauvé la vie d’une manière miraculeuse. Au moment où les hors-la-loi tiraient sur son véhicule plusieurs balles (une véritable rafale), l’évêque du diocèse de Kisantu, chapelet et Bible à la main, récitait calmement une prière par coeur. Comme si de rien n’était! Yeux braqués vers le ciel. Ne cessant de répéter: « Dieu est amour, Dieu est amour... ».

Sorti indemne de cette embuscade - pas une moindre égratignure sur son corps ni sur celui de son chauffeur, Mgr Nsielele a instruit ses prêtres d’éviter d’emprunter la nationale numéro un la nuit jusqu’au rétablissement total des conditions de sécurité.

Tout récemment encore, un autre prêtre, professeur à l’Institut supérieur pédagogique de Mbanza-Ngungu, l’abbé Kavenadiambuko avait été tué à cet endroit. Il revenait de Kinshasa. Cette recrudescence d’insécurité criante observée sur la nationale numéro un est l’oeuvre des éléments incontrôlés armés jusqu’aux dents et qui, curieusement s’intéressent beaucoup aux hommes de Dieu et aux commerçants qui se hasardent même à 19 heures à passer par Kavwaya. Devenu leur base d’attaque. Ces hommes en uniforme appartiendraient à un groupe de militaires indisciplinés et qui auraient été récemment mutés à Mbanza-Ngungu.

Le gouvernement de transition doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour sécuriser les voyageurs qui empruntent la nationale numéro un car aujourd’hui plus personne n’ose s’y risquer à partir de 18 heures 30.


Kinshasa , 08.09.2003
L’Observateur
Guillaume Nsuami Nienga